Archives pour la catégorie Sociologie

Oui : Internet est une chance pour l’orthographe.

réservé à l'affichage d'opignons et aux association à but non lucratif (avec cette orthographe)

Quelques minutes après la fin du monde…

Le constat est unanime : le niveau de la grammaire française est en constante dégradation. En 2008, il était à son plus bas niveau depuis 50 ans. Sur les bancs des accusés, nous retrouvons deux présumés coupables : Internet et les SMS. Pour Internet, je veux plaider l’innocence ; au contraire, Internet contribue même à une meilleure orthographe. Pour les SMS, la réduction de peine : ils ne sont pas les vrais coupables.

Dans la seconde moitié du XIXème siècle naît le véritable cerveau de ce crime : le téléphone. Au fur et à mesure de son arrivée, un grand nombre des correspondances n’est plus transmis par écrit mais par oral. Et c’est lors de son “âge d’or”, dans les années 1960-1970, que les premiers fléchissements du niveau général de grammaire française sont enregistrés. Quel fantastique outil le téléphone! La conservation est instantanée, il n’est plus la peine de coucher ses idées sur le papier, la transcription orale suffit. Le venin est installé dans l’encre de nos plumes. Et quand, dans les années 2000, apparaît la conversation instantanée par SMS, la dernière heure de l’orthographe semble sonnée.

MER IL ET FOU

Un des nombreux détournements inspirés par l’enchaînement de fautes d’orthographe d’un jeune de 11 ans (MER IL FOU) lors d’une question posée sur un forum de jeux vidéos.

L’arrivée fatale des SMS

Les faits sont simples avec les téléphones mobiles, les SMS apparaissent. Ces messages écrits d’une longueur maximale de 160 caractères viennent s’insérer dans nos échanges quotidiens. Or, l’écrit a perdu de sa superbe et l’essentiel de nos conversations à distance se fait de vive voix. Leur faible coût démocratise leur usage. Et l’on rédige des SMS sans se soucier (et bien souvent connaître) des règles grammaticales et de la bonne orthographe. Sans oublier que la contrainte de longueur incite à utiliser des abréviations. Ce retour de l’écrit a pris un grand nombre de personnes au dépourvu si bien que de nouvelles règles ont été créées : celles du “langage” SMS.

Les plus jeunes envoient leurs premiers SMS avant d’apprendre les conjugaisons et la première “grammaire” maîtrisée est celle du langage SMS. Cette catastrophe est au grand à jour lorsque cette génération commence à communiquer par Internet via des skyblogs ou des forums. Notre grammaire est déjà morte mais le web n’y est pour rien.

Internet & les réseaux sociaux : l’écrit contre-attaque.

Internet vient, au contraire, donner une chance à l’écrit qui a pris une nouvelle importance grâce à de nombreux supports : emails, blogs, forums, commentaires, réseaux sociaux… L’écriture électronique a particulièrement decomplexé ce mode de communication. Et avec ce plus grand volume d’échanges viennent une meilleure aisance à l’écrit mais également une plus grande maîtrise de la langue, tout particulièrement chez les plus jeunes, d’après Jonathan Douglas, directeur du Fond National pour l’Éducation Britannique.

Sur Internet comme sur le papier, la grammaire est un composante des différents messages, statuts, liens postés et envoyés. Sur ces plateformes où chacun scrute sa propre image, une évidence apparaît : « si je repère les énormes fautes de mes amis, ils repèrent les miennes ». Contrairement à une lettre qui part et n’est plus visible, à un cours qui est destiné à un usage personnel, un message sur les réseaux sociaux est fait pour être vu et commenté par d’autres. Une fois posté, il est lu et relu par son propre auteur. Si une faute est commise, elle reste, elle s’incruste dans le message. Certaines fautes sont régulièrement la risée d’Internet : « Mer il et fou », « l’affichage d’opignons »… L’image personnelle dépend aussi de l’orthographe et l’une des conséquences est simple : Facebook améliore le niveau d’orthographe.

Quelques sources :

L’usage du web améliore la maitrise de l’écrit chez les enfants sur Read Write Web

Une étude sur les jeunes face à l’écrit par le Fond National pour l’Éducation (GB)
EDUCNET, enseigner le français par les blogs

Le rapport de l’université de Beckley sur les jeunes et Internet

Mais qu’est-ce que l’effet Streisand ?

L'effet Streisand - transcription disponible ci-dessous

L'effet Streisand - Cliquez pour agrandir

L’effet Streisand, la transcription…

Un matin, Eléanor retrouve une photo d’elle sur un site Internet. Scandalisée, Eléanor porte plainte et obtient le retrait de son image.

Mais la plainte est publique !  Comme Eléanor est célèbre, les journaux et le web en parlent… Et cette photographie attire la curiosité !  Des copies de l’image sont mises en ligne et la photographie devient célèbre.

La définition

« L’effet Streisand est un phénomène internet qui se manifeste par l’augmentation considérable de la diffusion d’information ou de documents faisant l’objet d’une tentative de retrait ou de censure. » (source : wikipédia)

Les Exemples

L’effet Streisand a été éprouvé à l’aide d’une photographie de la maison de Barbra Streisand, de la photo de Boris Boillon en maillot de bain (l’ambassadeur de France en Tunisie), des documents Wikileaks et de bien d’autres éléments !

Et si j’étais mon plus grand danger sur les réseaux sociaux ?

Mais pourquoi moi ?

La plupart des problèmes que l’on rencontre sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur Facebook viennent de ce que nous avons, nous-même, mis en ligne. Les dangers ne viennent pas nécessairement de l’information que l’on a partagé mais de la personne qui la reçoit. Nous sommes nos plus grands dangers sur les réseaux sociaux en oubliant que des personnes nous lisent et que nous ne sommes pas seulement en relation avec un ordinateur.

La règle d’or

Tout ne peut être partagé à tout le monde. Lorsque je partage un album de vacances ou un commentaire à propos d’une soirée sur Facebook, à qui cela s’adresse t-il ? À tous mes amis sur ce site ? À la planète entière ? Juste à ma famille et mes proches ? Cette règle est valable dans tous nos échanges : qu’ils passent par un statut sur Internet ou une discussion en face à face. Par exemple, je vais éviter de critiquer de manière trop virulente mon directeur quand il est dans la même pièce que moi ou que certains collègues assez proches de lui sont présents. Lorsque je publie un statut sur Facebook, le problème est exactement le même. Mais je peux choisir les personnes présentes dans cette pièce.

En pratique

De manière assez discrète mais bien présente, Facebook propose de « classer » nos amis dans des listes : il suffit ainsi de créer des ensembles « Famille », « Proches », « Collègues » et de régler les paramètres de confidentialité de manière assez fine pour que nous puissions choisir, parmi nos amis, à quel groupe s’adresse tel ou tel statut, album photo, lien… Comment faire ? Voici une démonstration en vidéo.